To do List de 2016

WP_20160104_12_04_43_Pro

Pas de résolutions en ce début d’année. Pas que je n’aime pas ça mais je sais pertinemment qu’en ce qui concerne les bonnes (en prend-on de mauvaises?) je ne m’y tiendrai pas. En 2015 j’ai essayé de courir et j’ai arrêté à la première ampoule (crampe, point de côté), j’ai tenté de soutenir moralement, virtuellement et physiquement la copine qui se lançait dans le TBC. J’ai craqué à la fin de la deuxième semaine. J’ai ainsi découvert que j’avais des muscles dans les cuisses dont je ne soupçonnais pas l’existence. J’ai aussi dit que j’irai nager mais me mettre en maillot est toujours un calvaire (pis j’ai froid) donc j’ose à peine dire que j’aimerais essayer le yoga en 2016. Pour le côté méditation et relaxant uniquement car pour le côté physique j’ai bien peur de ne pas arriver à me plier/déplier.

Je ne tenterai pas non plus d’arrêter de fumer, de manger totalement sans gluten ou végétarien sauf si une loi m’y oblige, d’être plus gentille avec les autres (ma première pensée le 1er janvier au matin était loin d’être bienveillante. Oups, c’est raté pour mon karma !), de me mettre au régime (je viens d’acheter de quoi faire une tartiflette, je garde mes capitons en 2016, c’est toujours ça que les impôts n’auront pas)…

Faire une bucket list me parait très ambitieux, ces listes à n’en plus finir avec des intentions claires et précises me font un peu flipper (il se passe quoi après? C’est la fin, la mort?) et surtout, quand je les lis chez les autres, waouh…des projets de bout du monde, de choses improbables à visiter, de réalisations personnelles et sportives à accomplir, de langues/instruments  à apprendre me paraissent tout bonnement irréalisables dans ma vie.

C’est pourquoi je m’en tiendrai sobrement à une To do list complètement réalisable sans trucages ^^

Donc au programme de 2016 :

  • Continuer à faire les quelques gestes pour la planète . Recyclage, acheter au marché, bio quand je peux, moins d’emballages, moins de viande (c’est déjà largement le cas mais je persévère), attention à la consommation d’eau, au gaspillage alimentaire, transports en commun plutôt que voiture (ah mince..c’est vrai que je n’ai toujours pas le permis), arrêter d’acheter et de consommer bêtement et souvent sur des impulsions…
  • Être la plus bienveillante possible avec mon fils et mon chéri (les autres repassez en 2017). Pour être ainsi plus zen moi-même (d’où le yoga) (on en reparle).
  • Arrêter de dire « Vite! Vite! Dépêche toi ! On va être en retard ». Je me rends bien compte que c’est un truc qui me stresse et stresse l’enfant. Pressés pour aller où? Bref, j’essaie de me corriger (et surtout de corriger mon compagnon). Par contre les gros mots, mes couilles (je l’aime bien celui-ci) je continue.
  • Utiliser uniquement des produits ménagers et produits cosmétiques que j’aurai fabriqués avec mes blanches mains. J’ai acheté le livre de Raffa « le grand ménage » pour une maison propre naturellement  et ce matin j’ai acheté les premiers ingrédients pour faire mes mixtures. J’en ai ras le bol des produits ménagers multiples, inutiles et polluants. (je remercie au passage Memy pour son « sponsoring » cosmétique 😉 ).
  • Commencer et terminer un châle en dentelle (défi!).
  • Aller plus souvent à la mer (et hors saison).
  • Trouver enfin le style de fringues qui soit en harmonie avec mon corps et mon esprit (et c’est pas facile).
  • Partir en vacances. Ça peut paraître con mais pas quand ça fait 10 ans que t’es pas partie à plus de 80 kilomètres de chez toi.
  • M’investir dans une association, un truc bénévole, bref j’ai l’idée, l’envie mais il me faut juste le coup de pied aux fesses.
  • Et en parlant de fesses essayer de me sortir les doigts de celles-ci pour utiliser mes cartes de visite professionnelles qui attendent bien sagement dans leur carton au fond d’un placard. « Si tu ne viens pas à Lagardère… »

Voilà en gros l’orientation de 2016, c’est pas violent niveau changement mais c’est réalisable. Pour le reste : Paix sur terre aux hommes de bonne volonté et que le cul pèle aux autres (et surtout que leurs bras soient trop courts pour qu’ils ne puissent pas se gratter).

(cordialement)

{DIY} Shampoing solide maison

{ceci n'est pas un fromage de chèvre}
{ceci n’est pas un fromage de chèvre}

Bien le bonjour.

Un jour une copine m’a donné un shampoing solide made in lush. J’ai adoré, j’ai racheté, plusieurs fois. Et un jour je me suis dit que ce ne serait peut être pas si bête d’investir dans quelques ingrédients pour les faire « maison ».

J’ai compulsé quelques blogs, fouiné sur aromazone et commandé le matériel pour quelques dizaines d’euros (petits fouets, contenants, trucs gradués au ml ou gramme près et les composants). 40€ en fait. C’est un minimum d’investissement, sachant que les choses graduées vont me resservir et certains composants aussi (les protéines de soie par exemple) (à condition toutefois de bien les conserver et de bien faire gaffe à la date limite après ouverture etc) et que pour cette somme j’ai aussi acquis des ingrédients pour faire mon propre après-shampoing.

Pourquoi le faire à la maison? Parce que c’est la suite logique de mon envie de moins de merdouilles dans mes produits cosmétiques et au moins je sais à peu près ce que je mets dedans (petita), à 10€ (en moyenne) le pain chez lush c’est tout de même plus économique de le faire soi même (petibé) et c’est personnalisable et ça c’est drôlement rigolo (peticé).

Pour faire simple et bref pour une première fois je ne suis pas partie en free style et j’ai suivi une des recettes proposées par aromazone (en supprimant le mica nacré et une huile essentielle de géranium; Le géranium c’est puissant en odeur et j’ai craint que ce soit trop fort). C’est celle ci.

Mon avis après fabrication et plusieurs utilisations : c’est très simple à faire, avec les quantités indiquées sur la recette j’ai fait les 2 petits pains en photo, pas besoin d’avoir du high level en cosmétiques. Après plusieurs semaines d’utilisation je n’ai rien à remarquer de spécial, le pain mousse bien, sent bon mais pas trop fort (peut être que j’aurais dû mettre le géranium pour sentir plus fort finalement ^^), je n’ai pas le poil plus brillant mais en tout cas il n’est pas plus terne!

Comme je suis bonne pâte, j’ai fait tester à une cobaye (non rémunérée). Voici son avis :

Moi : Bien le bonjour! est ce que je pourrais avoir ton retour après utilisation sur le shampoing? merci.

Elle : Bonjour madame.

 Alors il fait le poil doux. Ça gratte pas après quelques jours comme avec les trucs du commerce. Les cheveux regraissent moins vite. Faudrait peut être qu’il hydrate un peu plus ou un soin après shampooing. Du fait qu’il n’alourdisse pas le cheveux ces derniers sont un peu tous fous. Mais sinon je suis conquise. Ça mousse comme il faut. Facile à rincer. Parfum très subtil une fois mouillé. (je sens qu’elle aussi regrette un peu le géranium. Bref).

Je n’ai qu’une envie c’est recommencer mais en essayant de personnaliser davantage ma recette, me renseigner plus sur les propriétés des différentes propriétés des huiles, beurres et autres macérats (et arriver à les retenir!). Prochaine étape (c’est un peu plus complexe je crois) : l’après shampoing. Stay tuned.